MORPHOSYNTAXE 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MORPHOSYNTAXE 2

Message  orecan27 le Mer 3 Déc - 22:25

Chapitre III
Les classes de mots
1 - Qu’est-ce qu’une classe de mots ?
Une classe est un ensemble comportant tous les mots qui peuvent se substituer les uns aux autres dans une phrase sans que celle-ci cesse d’être française. La répartition des mots en classe est liée à la manière dont on peut les employer dans des phrases. 2 - Les différentes classes de mots.
2.1. Le nom : c’est un mot variable qui sert à désigner une personne, un animal ou une chose. On distingue essentiellement :
- Le nom commun qui désigne les personnes , les animaux ou les choses en général : enfant, mouton, maison…
- Le nom propre qui désigne les personnes, les animaux ou les choses en particulier : Samira, Farès, Black, Médor, Peugeot, Fiat, Renault…
2.2. L’article : c’est un mot variable, dont le rôle essentiel est d’introduire un nom (ou tout mot ou groupe employé comme nom ) dont il précise et le genre et le nombre. On distingue essentiellement :
- L’article défini : le, la, les, au ( au cinéma),du ( odeur du vinaigre).
- L’article partitif : du ( du pain ), de la (de la viande), des (manger des œufs).
- L’article indéfini : un, une, des ( des amis).
2.3. L’adjectif : on distingue les adjectifs qualificatifs et les adjectifs non qualificatifs.
a- l’adjectif qualificatif : c’est un mot variable qui exprime une qualité (bonne ou mauvaise, physique ou morale) de l’être ou de la chose désignés par le nom : une robe rouge, une petite fille, un chien fidèle…
b- L’adjectif non qualificatif : c’est un mot variable, dont le rôle essentiel est d’introduire un nom. Il remplace généralement l’article.
Il existe 6 sortes d’adjectifs non qualificatifs :
- l’adjectif possessif : mon, ton, notre, leur…
- l’adjectif démonstratif : ce, cet, ces…
- l’adjectif indéfini : aucun (aucun ministre…), chaque (chaque ouvrier...), quelques (quelques livres…), etc.
- l’adjectif interrogatif : quel (quel médecin t’a soigné ?), quelle (quelle robe veux-tu prendre ?), etc.
- l’adjectif exclamatif : quel, quelle…(quel beau costume ! )
- l’adjectif numéral :
. cardinal : un, trois, cent, quinze (cent dinars)
. ordinal : premier, sixième, dixième (dixième mois)
2.4. Le verbe : c’est un mot variable, qui exprime une :
- action faite ou subie par le sujet : Cet ouvrier travaille toute la journée. Mon voisin reçoit des invités tous les jours.
- un état du sujet : Mon frère est toujours fatigué.
Ma mère semble très inquiète.
2.5. Le pronom : c’est un mot variable qui a pour mission première de remplacer le nom. Il varie en genre, en nombre et parfois en personne. On distingue 6 sortes de pronoms :
a) Les pronoms personnels : je, tu, nous, me, moi, soi, eux…
b) Les pronoms possessifs : le mien, le tien, le nôtre …
c) Les pronoms démonstratifs : celui, celui-ci, ce, ceci, ceux-là…
d) Les pronoms indéfinis : chacun (chacun a pris un gâteau), tout (tout est beau), personne (personne ne me plaît), les uns (les uns jouent aux cartes), les autres (les autres jouent aux échecs)….
e) Les pronoms interrogatifs : qui (qui a pris mon stylo ?), que (que vas-tu faire cet après midi ?), lequel (lequel veux-tu ?) …
f) Les pronoms relatifs : qui (Le médecin qui a acheté cette villa est très riche), que (La robe que ma cousine a achetée coût cher) …
2.6. L’adverbe : c’est un mot invariable qui placé auprès d’un
autre mot modifie le sens de ce mot.
Ce mot peut être :
- un verbe : Mohamed court vite.
- un adjectif qualificatif : Kamel est bien gentil.
- un autre adverbe : Nabil mange très peu.
2.7. La préposition : c’est un mot invariable servant à relier un mot (ou un groupe de mots) d’une
phrase à un autre mot ou groupe de la phrase. Les termes reliés
peuvent être :
- un verbe et un nom : Ali habite chez sa tante. Hamza travaille en Allemagne.
- un verbe et un pronom : Ryad est arrivé après elle .
- un verbe et un adverbe : Ahmed partira dès demain au Japon.
- un nom et un verbe : Hamza a acheté une machine à calculer.
- un nom et un nom : Ahcène a vu le chef de bureau.
- un adjectif et un nom : Amina est fière de son père.
- un nom et un pronom : C’est un bijou pour elle.
- un adverbe et un nom : Abdelkader a agi conformément à la loi.
- etc.
La préposition est inséparable du mot ou groupe qu’elle
introduit.
2.8. La conjonction : c’est un mot invariable qui sert à joindre, à lier ensemble, des mots ou des groupes de mots plus ou moins importants. On distingue, d’après leur rôle, les conjonctions de coordination et les conjonctions de subordination :
a) la conjonction de coordination sert à relier 2 mots ou groupes de mots de même nature (noms, pronoms, adjectifs, verbes, adverbes, etc.) ou 2 propositions de même nature (indépendantes, principales, subordonnées) :
- Bakir aime le café et les cigares.
- Toi et moi.
- Mokhtar est sérieux et travailleur.
- J’hésite entre partir ou rester.
- Abderrazak parle peu et bien.
- Maâmar est intelligent mais ne travaille pas assez.
- Kamel a bien révisé ses cours donc il a été reçu à tous ses examens.
Remarque : la conjonction peut unir deux « équivalents », par exemple un nom et un équivalent de nom :
- Mon frère et moi ; ton père et le mien.
- On se repose non pas pendant le travail mais en dormant (= pendant le sommeil).
b) La conjonction de subordination sert à relier une proposition subordonnée à la proposition dont elle dépend :
- Je voudrais que tu restes à la maison.
- Je suis arrivé en retard parce que ma voiture est tombée en panne.
2.9. L’interjection : C’est un mot invariable qui sert à donner du relief, de la vie, à la phrase : Ah ! Oh ! Aïe ! Miaou ! psst ! Glou, glou ! Brrr !
Il y a lieu de souligner que l’interjection ne joue aucun rôle grammatical.. Certains grammairiens, d’ailleurs ne considèrent pas l’interjection comme une classe de mots. Pour eux les mots de cette catégorie remplacent une phrase exclamative tout entière. Exercices :
1. Relevez tous les mots contenus dans le texte et donnez leur nature et leur espèce.
En Algérie, les parents aimeraient bien voir leurs enfants rester à la maison pour jouer cependant le manque d’espace ne le permet pas. En effet, beaucoup de familles qui se composent de quinze ou seize personnes vivent très souvent dans des petits appartements où aucun endroit n’est libre. Ah ! que c’est dur de vivre dans ces conditions. D’ailleurs les mamans sont inquiètes lorsque les vacances arrivent. Juste ciel ! mais que font nos responsables pour aider ces pauvres gens. Nous savons que certains enfants s’amusent quelquefois chez eux mais, ceux-ci habitent, hum ! hum ! dans de superbes villas où le problème d’espace ne se pose pas.
2. Relevez tous les mots contenus dans le texte et donnez leur nature et leur espèce.
La revue bimestrielle El-Ahlam vient de publier son troisième numéro, à trois mois de l’ouverture de la grande fête sur l’Année de l’Algérie en France qui débutera officiellement le 31 décembre prochain. Les rencontres se multiplient d’un côté et de l’autre de la Méditerranée afin de préparer le programme définitif de cette très belle manifestation culturelle algérienne.
Cette troisième publication comporte un excellent article sur l’écrivain Mouloud Feraoun, doyen de la littérature algérienne de la langue française, tombé sous les balles de l’OAS, une journée avant l’annonce du cessez-le-feu.
Chapitre IV
Analyse grammaticale et analyse logique
Pour reconnaître les éléments de la phrase, la grammaire traditionnelle passe par deux types d’analyse: l’analyse grammaticale et l’analyse logique.

1. l’analyse grammaticale

Il s’agit tout simplement de prendre tous les mots contenus dans une phrase et de les analyser un par un selon des règles établies. Ainsi si nous voulons effectuer l’analyse grammaticale de la phrase "La pauvre fille mangeait du pain rassis dans la rue.", nous devons procéder de la manière suivante :

la : article défini, se rapporte au nom "fille", féminin, singulier.
pauvre : adjectif qualificatif, épithète du nom "fille", féminin, singulier.
fille : nom commun de personne, féminin singulier, sujet du verbe "manger".
mangeait : verbe manger, 1er groupe, temps imparfait, mode indicatif, 3ème personne du singulier, forme active, sens transitif direct, base de la phrase.
du : article défini contracté, se rapporte au nom "pain", masculin, singulier.
pain : nom commun de chose, masculin singulier, complément d’objet direct du verbe "manger".
rassis : adjectif qualificatif, épithète du nom "pain", masculin, singulier.
dans : préposition ; unit le complément circonstanciel de lieu "rue" au verbe "manger".
la : article défini, se rapporte au nom "rue", féminin, singulier.
rue : nom commun de chose, féminin singulier, complément circonstanciel de lieu du verbe "manger".

2. l’analyse logique

Il s’agit tout simplement de prendre toutes les propositions contenues dans une phrase et de les analyser une par une selon des règles établies. La grammaire traditionnelle considère comme proposition un ensemble de termes groupés autour d’un verbe. Elle distingue plusieurs sortes de propositions : la proposition indépendante qui ne dépend d’aucune autre proposition et dont aucune autre proposition ne dépend d’elle ; la proposition principale qui ne dépend d’aucune autre proposition mais qui commande une ou plusieurs autres propositions ; la proposition subordonnée qui dépend d’une autre proposition et qui ne peut exister sans cette proposition dont elle dépend.

Si nous voulons effectuer l’analyse logique de la phrase : "Les étudiants qui obtiennent de très bons résultats à la fin de l’année disent qu’ils fournissent de nombreux efforts au moment où se déroulent les examens.", nous devons procéder de la manière suivante :

a) Les étudiants disent : proposition principale.

b) qui obtiennent de très bons résultats à la fin de l’année : proposition subordonnée relative, complément du nom "étudiants", introduite par le pronom relatif "qui".

c) qu’ils fournissent de nombreux efforts : proposition subordonnée complétive, complément d’objet direct de "disent", introduite par la conjonction de subordination "que".

d) au moment où se déroulent les examens : proposition subordonnée circonstancielle, complément de temps de "fournissent", introduite par la locution conjonctive "au moment où".

Exercices :

1. Effectuer l’analyse grammaticale de la phrase suivante :
Hier, les deux petits enfants de mon voisin qui jouaient sur le bord du trottoir ont encore été blessés par un dangereux automobiliste.

2. Analysez les propositions contenues dans les phrases suivantes :

a) Les comédiens avaient répété la pièce de théâtre pendant un an et l’avaient très bien interprétée pour que le public qui était très connaisseur soit satisfait.

b) Pourtant, des études récentes dont les résultats sont connus de tous les scientifiques ont montré que les agents chimiques provoquaient seulement 20% des décès qui concernent les personnes atteintes de maladie.

orecan27

Messages : 16
Date d'inscription : 01/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: MORPHOSYNTAXE 2

Message  agha nardjiss le Jeu 4 Déc - 11:25

merci mon ami

agha nardjiss

Messages : 5
Date d'inscription : 03/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum